Alexandre BOULICAUT

Alexandre BOULICAUT

Juriste
Suivre
128 Articles

Compatibilité de servitudes d’utilité publique au regard d’un bail commercial

Les servitudes d’utilité publique se définissent comme une limitation au droit de propriété et d’usage du sol, instituées dans un but d’utilité publique.

Alexandre BOULICAUT Alexandre BOULICAUT

Vente d’un fonds de commerce, impossibilité d’exploiter les locaux et vices cachés

Lorsque l’immeuble donné à bail à l’intérieur duquel est exploité un fonds de commerce n’est pas aussi exploitable qu’il ne devrait l’être, il doit constituer un vice caché affectant le fonds de commerce vendu.

Alexandre BOULICAUT Alexandre BOULICAUT

Instauration d’une aide « Loyers et charges locatives »

Dans le but de compenser les pertes subies par « certains commerces de détails et autres services interdits d’accueil au public » du fait de la crise sanitaire, le Gouvernement français a instauré une nouvelle aide complémentaire au fonds de solidarité ainsi qu’à l’aide visant à compenser les coûts fixes non couverts des entreprises. Quelles sont les conditions pour bénéficier de cette aide ? Comment en bénéficier et à quel montant ? Décryptage.

Alexandre BOULICAUT Alexandre BOULICAUT

Local commercial impropre à sa destination contractuelle : aucune indemnité d’occupation n’est due par le preneur !

En cas d’annulation d’un bail commercial, compte tenu du caractère rétroactif de la nullité du bail, les parties au contrat doivent être remises dans l’état où elles se trouvaient avant la conclusion du contrat

Alexandre BOULICAUT Alexandre BOULICAUT

Obligation pour le preneur de rendre les lieux en bon état de réparations locatives

Encore une nouvelle illustration du contentieux relatif aux travaux incombant aux parties à bail commercial avec l’arrêt rendu par la troisième chambre civile le 17 novembre 2021. Cette fois-ci, c’est l’obligation du preneur de rendre les lieux en bon état de réparations locatives qui est débattue devant la Haute juridiction.

Alexandre BOULICAUT Alexandre BOULICAUT

Validité d’une clause d’indexation du taux d’intérêt excluant toute réciprocité

La chambre commerciale vient de rendre un arrêt important ce 4 novembre 2021, surtout si on le replace dans le contexte d’évolution jurisprudentielle en matière de licéité des clauses d’indexation excluant toute réciprocité. Bien que la problématique a trait au taux d’intérêt en matière bancaire, le parallèle avec le régime des baux commerciaux mérite que CHRONOS y consacre un article.

Alexandre BOULICAUT Alexandre BOULICAUT

Refus de renouvellement du bailleur pour motif grave et légitime, interruption et point de départ du délai de prescription

Une décision de justice ne peut avoir pour effet de faire naitre au profit du preneur un nouveau délai de prescription en paiement d’une indemnité d’éviction. C’est ce qu’a jugé la troisième chambre civile dans un arrêt du 3 novembre 2021

Alexandre BOULICAUT Alexandre BOULICAUT

Refus de renouvellement du bailleur et point de départ du délai de prescription de l’action en paiement de l’indemnité d’éviction

En vertu des dispositions de l’article L145-60 du Code commerce : « Toutes les actions exercées en vertu du présent chapitre [Chapitre V : Du bail commercial] se prescrivent par deux ans ». C’est notamment le cas en matière de refus de renouvellement d’un bail commercial avec paiement d’une indemnité d’éviction, consacré par l’article L145-14 du même Code. Agir oui ; dans les délais c’est encore mieux !

Alexandre BOULICAUT Alexandre BOULICAUT

Statut des baux commerciaux et juridiction territorialement compétente

Selon les dispositions de l’alinéa 3 de l’article R.145-23 : la juridiction territorialement compétente est celle du lieu de situation de l’immeuble, tout du moins lorsque les préjudices allégués par les parties trouvent leur source dans l’application des règles spécifiques au statut des baux commerciaux.

Alexandre BOULICAUT Alexandre BOULICAUT

Application dans le temps de la loi Pinel à la fixation à la valeur locative de l’indemnité d’éviction en cas de congé sans offre de renouvellement du bail commercial

La problématique de l’application dans le temps des dispositions de la loi dite Pinel du 18 juin 2014 suscite un contentieux abondant devant les juridictions judiciaires qui ne se tarit pas. Preuve en est avec l’arrêt rendu par la Cour de cassation le 13 octobre 2021 à propos de l’application des dispositions du dernier alinéa de l’article L.145-34 du Code de commerce à la détermination de l’indemnité d’occupation due, en application de l’article L.145-28 du Code de commerce, par le locataire entre la date d’expiration d’un bail commercial et l’exercice du droit de repentir par la bailleur.

Alexandre BOULICAUT Alexandre BOULICAUT

Installation ou agrandissement d’une terrasse extérieure, autorisation administrative et déplafonnement du loyer de renouvellement

Dans le but de permettre une reprise de l’activité en cette période post-confinement, de nombreuses villes commerçantes, à l’instar de Paris, ont vu fleurir des terrasses sur les trottoirs dans le prolongement de nombreux cafés-restaurants. Certains bailleurs, hardis, ont vu dans ces installations / extensions une modification des facteurs locaux de commercialité justifiant ainsi un déplafonnement du loyer du bail renouvelé. Explications

Alexandre BOULICAUT Alexandre BOULICAUT

Obligation de délivrance de la chose louée : le bailleur peut être tenu de tout … sauf de l’impossible !

Si l’on s’en réfère aux dispositions de l’alinéa 1er de l’article 1719 du code civil : Le bailleur est obligé, par la nature du contrat, et sans qu'il soit besoin d'aucune stipulation particulière, de mettre à la disposition du locataire les biens loués ;  cette obligation de délivrance existante tout au long du bail[1]. Toutefois, cette obligation de délivrance n’est pas absolue comme l’a jugé la Cour de cassation dans un arrêt rendu le 13 octobre 2021.

Alexandre BOULICAUT Alexandre BOULICAUT